COOPERATION DECENTRALISEE: ALGER ET LA RÉGION ILE-DE-FRANCE SIGNENT UN ACCORD DE COOPERATION FAVORISANT LE PARTENARIAT ET LE CO-DEVELOPPEMENT

Dans A la une
24 Mar 2017
cooperation-decentralisee-alger-et-la-region-ile-de-france

Un accord de coopération, favorisant le partenariat et le co-développement, a été conclu le 23 mars 2017, à Paris, entre la  wilaya d’Alger et le Conseil régional d’Ile-de-France. L’accord, qui poursuit comme objectif la réalisation d’activités communes  afin de développer et de fortifier les relations entre les deux  institutions locales, a été signé par le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, et  la présidente du Conseil régional d’Ile-de-France, Valérie Pécresse.

Il vise également, l’approfondissement des liens entre les deux entités au service des populations, des organisations de la société civile et des  institutions des deux territoires.

L’accord, d’une durée de dix ans et qui peut être reconduit tacitement,  prévoit l’organisation d’échanges d’informations, d’expériences et  d’expertises, la consultation réciproque et la mise en œuvre de projets  communs de développement.

Les deux parties ont décidé, dans ce cadre, de promouvoir des actions   mutuellement utiles  en les axant sur l’aménagement urbain, le  développement durable et les transports. Il s’agit-là d’un soutien de la  Région d’Ile-de-France et de ses organismes associés à la mise en œuvre du  Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU) de la wilaya d’Alger.

En matière d’innovation et d’entrepreneuriat, les deux parties ont décidé  de mettre en réseau des incubateurs franciliens avec un ou plusieurs  incubateurs de la wilaya d’Alger et d’encourager au développement de  relations entre entrepreneurs franciliens et algérois, en particulier dans  le domaine de la  ville durable.

Dans le domaine universitaire, des étudiants algériens (niveau master II ou doctorant) seront accueillis au sein de la Maison d’Ile de-France à la  Cité universitaire internationale et, de ce fait, la wilaya d’Alger devra  relancer le projet de la Maison de l’Algérie au sein de la Cité  universitaire internationale.

Dans le cadre de l’accord, la Région d’Ile-de-France soutiendra, par  ailleurs, la réhabilitation du patrimoine architectural de la wilaya  d’Alger, de même que les deux parties seront appelées à organiser  d’événements croisés en matière culturelle, notamment pour le cinéma tout  en se réservant la possibilité d’impulser à terme des actions dans d’autres  domaines d’intervention d’intérêt mutuel.

A cet effet, un Comité mixte de coopération, coprésidé par la présidente  du Conseil régional et du wali d’Alger, sera créé afin d’élaborer un  programme pluriannuel de travail, ainsi que le suivi et l’évaluation de la  coopération entre les institutions locales.

Ce comité, qui identifie et évalue les moyens nécessaires pour soutenir  les différents projets, sera composé de représentants politiques et  administratifs de chacune des parties et se réunira au moins une fois tous  les trois ans. Il doit s’assurer également que les conditions nécessaires à  la réalisation des actions projetées sont bien réunies.

Toujours dans le cadre de cet accord, la wilaya d’Alger et le Conseil  régional d’Ile-de-France sont tenus de veiller  à ce que la montée en  puissance du programme pluriannuel de travail s’effectue de façon graduelle  et résonnée, tout en convenant que les aides, subventions, études ou  actions, doivent être avalisées par elles afin d’en garantir la cohérence  et la bonne exécution.

En ce qui concerne le financement des projets, l’accord le prévoit à parts  égales pour chacune des deux institutions locales, et la mobilisation de  cofinancements tiers sera recherchée par les deux parties.

En matière de relations avec les tiers, les parties signataires peuvent  associer à leurs actions de coopération les réseaux institutionnels  éducatifs, économiques, sociaux, professionnels et associatifs.

La cérémonie de signature de l’accord a été précédée d’un entretien entre  Abdelkader Zoukh et Valérie Pécresse, en présence du chargé d’Affaires  de  l’ambassade d’Algérie en France, Saïd Moussi.

 

Source/APS