ALGERIE-FRANCE: LES RELATIONS BILATERALES ET LA PROCHAINE VISITE DE MACRON EN ALGERIE AU CENTRE DE L’ENTRETIEN MESSAHEL-LE DRIAN

Dans A la une
14 Juin 2017
algerie-france-lentretien-messahel-le-drian

L’agenda des relations bilatérales, la préparation de la prochaine visite du président français, Emmanuel Macron, en Algérie, ainsi que la situation dans le Sahel et la lutte contre le terrorisme, ont été au menu des entretiens, mardi à Alger, entre le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

« L’agenda est dense et nous avons convenu ensemble de maintenir un contact quasi permanent et régulier sur toutes les questions qui nous interpellent, et l’évolution des situations dans notre région », a indiqué M. Messahel dans un point de presse animé conjointement avec son homologue français, arrivé lundi à Alger pour une visite de travail de deux jours.

« La visite de M. Le Drian en Algérie a permis aux deux parties de procéder à une évaluation de l’état de nos relations bilatérales qui sont denses et multiples », a ajouté M. Messahel, soulignant que cette relation « doit être densifiée davantage, élargie et renforcée dans tous les secteurs ».

Pour M. Messahel, cette évaluation « est porteuse de projets nouveaux », car, « en plus de la prochaine visite en Algérie du président Emmanuel Macron qui doit être bien préparée, nous avons des échéances de l’architecture que nous avons mise en place ».

Par la même occasion, M. Messahel a annoncé « des rencontres prochaines au niveau des secrétaires généraux des ministères des Affaires étrangères des deux pays, la réunion du Comité mixte économique France-Algérie (COMEFA) ainsi que et le Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN) qui doit se tenir à la fin de cette année à Paris ».

Concernant les questions internationales, M. Messahel a indiqué avoir « longuement » évoqué avec M. Le Drian les conflits dans la région, notamment la situation en Libye, relevant à ce propos que l’approche de l’Algérie et la France est « identique ».

« Nous sommes pour une solution politique qui passe par des négociations de manière inclusive afin de permette à la Libye de retrouver sa stabilité », a-t-il affirmé.

La situation dans la région du Sahel, particulièrement au Mali, a été également évoquée lors de cet entretien et ce, à quelques jours du 2e anniversaire de l’accord de Bamako, né du processus d’Alger  et à ce titre, M. Messahel a indiqué avoir passé en revue avec son homologue français « les acquis positifs (de cet accord) comme la mise en place du comité permanent de dialogue inter-malien ».

« L’objectif principal reste la lutte antiterroriste dans cette zone de grande turbulence où la présence terroriste se renforce du fait de la situation chaotique en Libye », a ajouté M. Messahel, précisant que la lutte contre le terrorisme demeure un « objectif principal » de l’action commune entre l’Algérie et la France et leurs partenaires régionaux et internationaux.

« Il s’agit de mettre fin à ce phénomène transnational et accompagner nos frères à retrouver leur stabilité que ce soit en Libye ou au Mali », a-t-il soutenu.

Conférer une dynamique nouvelle aux relations bilatérales

De son côté, M. Le Drian a indiqué avoir été mandaté par le président Emmanuel Macron pour effectuer cette visite en Algérie et exprimer « le message d’amitié de la France et du peuple français envers l’Algérie et son peuple ».

« Je suis venu dans un esprit de confiance et avec la volonté de donner à notre relation une dynamique nouvelle, un partenariat de qualité tant nos liens sont forts et doivent être renforcés dans les mois et les années qui viennent », a affirmé M. Le Drian, ajoutant que la prochaine visite d’Emmanuel Macron en Algérie figure aussi à l’ordre du jour de cette visite.

D’autre part, M. Le Drian a indiqué avoir eu des discussions « très approfondies » autour de questions régionales et internationales avec « comme axe commun le combat contre le terrorisme ».

« C’est cette détermination qui nous amène à souhaiter une solution politique en Libye », a-t-il souligné, précisant que l’Algérie et la France ont convenu de « conjuguer leurs efforts pour aboutir à une solution politique inclusive permettant le maintien de l’intégrité du territoire libyen et un processus de paix devant aboutir à une sérénité retrouvée ».

« Nous avons longuement échangé sur la situation au Sahel et au Mali avec la volonté commune d’aboutir à la mise en œuvre de l’accord d’Alger auquel nous tenons beaucoup, car c’est le seul moyen de lutter contre le terrorisme », a-t-il conclu.

SOURCE/APS