Forum de Paris: Ouyahia fait un plaidoyer sur la paix et la sécurité et remet à la bibliothèque du Forum un ouvrage sur l’Emir Abdelkader

Dans A la une
12 Nov 2018
ouyahia-forum-de-la-paix-de-paris

PARIS – Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui prenait part à Paris au Forum pour la Paix, tenu dans le cadre de la commémoration du centenaire de l’armistice de la première guerre mondiale, a plaidé pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, le règlement pacifique des différends et des conflits, le respect de la souveraineté des États et de leur intégrité territoriale, ainsi que la non-ingérence dans leurs affaires intérieures.

M.Ouyahia a mis en exergue le rôle central de l’Organisation des Nations unies dans la promotion et la préservation de la paix et de la sécurité, en soulignant que cela exige le respect des principes fondamentaux de la Charte de l’organisation, notamment le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, le règlement pacifique des différends et des conflits, le respect de la souveraineté des Etats et de leur intégrité territoriale, ainsi que la non-ingérence dans leurs affaires intérieures.

« Ces principes méritent d’être rappelés car ils demeurent bafoués dans de nombreuses situations, et il leur a même été opposé des concepts nouveaux du devoir d’ingérence » et « du devoir de protéger, des approches nouvelles qui ont eu des conséquences désastreuses dans plusieurs régions du monde », a-t-il indiqué.

Le Premier ministre a également insisté sur l’importance « du soutien que les États doivent apporter, sans calculs nationaux, aux différents émissaires onusiens nommés pour le règlement des conflits ».

M.Ouyahia a indiqué, par ailleurs, que « le monde a besoin d’une coopération internationale plus active contre le terrorisme et le crime transnational organisé, en mettant un accent particulier sur la mise en œuvre effective des décisions nées de cette coopération ».forum-de-la-paix-de-paris

Il a souligné, d’autre part, la nécessité pour la communauté internationale de « faire barrage aux divisions et aux extrémismes qui pointent ici et là en indiquant que l’Islam, religion de paix et de concorde, ne doit pas être outragée au motif des crimes de terroristes qui sont en fait des ennemis de l’Islam ».

Dans ce cadre, M. Ouyahia a rappelé le plaidoyer de l’Algérie pour le dialogue des civilisations et pour l’affirmation de la culture du vivre ensemble dans la paix que l’Algérie s’honore d’avoir porté devant l’Assemblée générale des Nations Unies.

Enfin, il a indiqué que l’aide au développement et la lutte contre la pauvreté « exigent plus d’actes concrets de la part de la communauté internationale, étant entendu que c’est par le développement que les racines du désespoir, du terrorisme et de la migration peuvent être extirpées », ajoutant que « C’est d’ailleurs là une vision et une démarche qui mobilise l’Union africaine en direction du reste du monde ».

Le Premier ministre a pris part à ce Forum en sa qualité de représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, aux cérémonies commémoratives du centenaire de la première guerre mondiale.

img-64f825b8ce987d32d50797cd7d71055a-v

Par ailleurs, le Premier ministre Ahmed Ouyahia a fait dimanche un don de l’ouvrage « L’Émir Abdelkader : l’épopée de la sagesse » à la bibliothèque du Forum de Paris sur la paix.

Le Premier ministre a indiqué que c’est le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui l’a chargé d’offrir cet ouvrage, en trois langues (arabe, anglais et français), en témoignage des sacrifices de l’Algérie pour la paix et la sécurité dans le monde.

La cérémonie de remise s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères Abdelkader Messahel.

La préface de l’ouvrage (paru en 2017) est signée par le président Bouteflika, rappelle-t-on.

Le Beau-Livre, se composant de cinq chapitres, raconte la vie et le parcours du fondateur de l’État algérien moderne. Il évoque l’Émir le stratège et l’homme d’État, le mystique, l’humaniste et l’intellectuel.

Il a été coécrit par 11 personnalités, spécialistes dans le domaine de l’histoire, la littérature et les religions, connus pour leurs écrits sur la pensée, l’humanisme et la culture de l’Émir.

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia, accompagné du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a été désigné par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour prendre part aux cérémonies commémoratives du centenaire de l’armistice qui a marqué la fin de la Première Guerre mondiale, rappelle-t-on.

Après avoir pris part dimanche matin, aux côtés de 72 chefs d’État et de gouvernement, à la cérémonie commémoration de la fin de la Grande Guerre, il a participé au cours de l’après-midi au Forum de Paris sur la paix.

 

Source: APS